ALLÈGEMENT TRITHÉRAPIE

 

Ce suivi de cohorte pourrait, 4 ans après la sortie de l’essai, apporter une cure fonctionnelle aux malades si leur ADN pro viral était maintenu indétectable depuis 3 ans avec une disparition des anticorps Anti-VIH (P24 – GP120).
Si les données biologiques obtenues dans l’essai EVA TAT, étaient confirmées pour les malades des clades B et C qui sont bons répondeurs à la vaccination Tat Oyi, ce qui correspond à 95% de la population mondiale des malades, l’association de la trithérapie à la Tat Oyi pourrait permettre d’améliorer l’observance des traitements antirétroviraux par les malades et en rendre éligible un grand nombre de malades à l’allègement de la trithérapie.
La mise en place de cet allègement permettrait significativement les finances du système de santé publique français et international sans atteindre la qualité de soin des malades.
Absence de rebond de la charge virale chez les patients a 33 µg publication Retrovirology
La vaccination Tat Oyi a montré dans cet essai qu’elle avait ainsi une action significative sur le système immunitaire en contrant le dysfonctionnement immunitaire global, qui est le signe de l’évolution du malade vers le Sida.
La vaccination par la Tat Oyi montre dans Retrovirology, qu’après l’arrêt de la trithérapie, l’absence du rebond de l’ADN du VIH à M6 pour le groupe 33 µg x3 est très significative dans un test de MANN & WHITNEY.
La baisse du rebond virémique de 1,5 log a été observée pour le groupe 33 µg x3.
Ce résultat est très prometteur sur la capacité de la Tat Oyi à maintenir une charge virale très basse sans trithérapie et pourrait être un espoir pour potentialiser la trithérapie dans le cas d’une mauvaise observance du traitement.

Suivez-nous et partagez :