CONCLUSION DE LA PUBLICATION DE RETROVIROLOGY LORET, 2016

Le vaccin Tat Oyi en association avec la trithérapie, semble être la voix pour éradiquer la présence des cellules réservoirs infectées par le virus non atteignable par la trithérapie. Cela permet aux malades d’évoluer à terme vers une rémission fonctionnelle.

BIOSANTECH

Recherches et développements

La recherche n'a pas de prix.

Biosantech s'investit dans une tache hors du commun.

Contactez-nous

Participez pleinement l'avancée du projet.
De la version papier à la concrétisation, nous avons besoin de votre regard.

Suivez chaque étape

Suivez avec Biosantech chacune des étapes qui ont fait de ce projet, un combat au quotidien.

Comprendre le VIH

Comprendre le VIH, savoir le combattre.
Toutes les informations sur ce terrible fléau.

TAT OYI

Une véritable avancée contre le VIH.

Suivez chacune des étapes sur notre site...

SUIVEZ CHAQUE ÉTAPE

Décembre 2018 à Mars 2019 :

*Suivi de phase IIa

*Observation de l’évolution du devenir des patients vaccinés par Tat Oyi dans l’étude EVATAT I/II après en moyenne 4 ans d’évolution en comparaison avec les placebos

*Evolution du taux d’ADN vers l’indétectabilité

*Baisse des anticorps anti Vih

*Amélioration du système immunitaire

*Charge virale indétectable

*Validation de l’utilisation de la Tat Oyi comme adjuvant potentialisateur de l’efficacité de la trithérapie selon les critères prédéfinis

Ces résultats feront l’objet d’une publication début 2019.

COMPRENDRE LE VIH

Aujourd’hui, la trithérapie n’a toujours pas réussi à guérir les malades du VIH. Ce traitement à vie n’est pas sans conséquence.

Plusieurs stratégies ont été essayées pour intensifier le traitement antirétroviral (ART) afin d’attaquer les réservoirs viraux, réduire le désordre immunitaire et restaurer les cellules T, B et NK fonctionnelles. Elles n’ont pas été couronnées de succès ou n’ont pu engendrer qu’un effet marginal.

Le réservoir du VIH est constitué de cellules infectées à l’abri de la trithérapie qui relâchent régulièrement des particules virales dans l’organisme.

La charge virale dans le sang est alimentée par le réservoir des cellules infectés qui empêche l’éradication du VIH. Les cellules infectées dites cellules réservoirs sont inatteignables par la trithérapie car, elles sont isolées dans des zones dites sanctuaires. Son étude à différents stades de la maladie, ainsi que dans les modèles d’infection atténuée, montrent que plus le réservoir est important, plus le risque de progression vers le Sida est grand. La combinaison des molécules actuelles permet d’obtenir une charge virale contrôlée (CV ou quantité d’ARN dans le sang circulant), qui peut devenir indétectable mais, à l’arrêt du traitement, celle-ci remonte au niveau initial avant la prise de la trithérapie.

LE VACCIN BIOSANTECH TAT OYI

Aucun autre vaccin n’a prouvé son efficacité clinique sur des patients séropositif comme La fait le vaccin TAT Oyi de Biosantech.

Pour la première fois, un vaccin anti-VIH est capable d’augmenter significativement les lymphocytes T CD4 et CD8 chez les patients infectées par le VIH.

Pour la première fois, un vaccin anti-VIH abaisse significativement le réservoir du VIH dans le sang, 5 mois seulement après la première injection.

Pour la première fois, un vaccin anti-VIH réduit le rebond de l'ARN du VIH après l’interruption du traitement par CART.

Grâce a la situation géographique de Marseille, des populations d’origine très diverses porteuses du VIH ont été inclus dans l’essai de phase II ce qui a permis de valider que le TAT Oyi pourrait être un vaccin hétérologue puisqu’il y a eu de bons répondeur dans le Claude A, le clade B et dans les clades C et E, donc serait un vaccin universel contre le VIH.

La clade B est le deuxième sous-*type présent après de sous-type africain et est prédominant en Europe, au Japon, en Australie et sur les deux continents américains.

Le vaccin de Biosantech TAT Oyi est le moyen de gagner contre l'épidémie du VIH.

QU'EST-CE QUE LE VIH/SIDA ?

Le VIH est un virus qui attaque le système immunitaire du corps humain. Avec le temps, ce système immunitaire s'affaiblit et la personne atteinte devient davantage susceptible de contracter plusieurs autres maladies. Si le virus n'est pas contrôlé ou stoppé, le système immunitaire ne peut plus se défendre contre les infections, ce stade se nomme SIDA. C'est alors que les maladies et les cancers se développent en force et peuvent aller jusqu'à entraîner la mort.

Le VIH, ou virus de l’immunodéficience humaine, est un type de virus qui peut causer une maladie appelée SIDA (syndrome d’immunodéficience acquise). Le VIH détruit le système immunitaire, c’est-à-dire les défenses naturelles du corps contre la maladie. S’il n’est pas traité, des infections normalement anodines, comme une grippe ou une bronchite, peuvent s’aggraver, devenir très difficiles à traiter ou même entraîner le décès, à cause de l’absence des défenses immunitaires. Le risque de cancer, pour la même raison est aussi accru.

Ce qui distingue le VIH des autres virus, c’est qu’il atteint le système immunitaire en ciblant les cellules T CD4. Ces dernières ont pour rôle de coordonner la réponse immunitaire lorsqu'un virus se présente. Grâce à sa protéine Tat, le VIH utilise les cellules CD4 pour se propager en les endommageant et en les infectants. La protéine Tat est l’axe de destruction par lequel le VIH détruit le système immunitaire des malades ce qui permet aux maladies dites opportunistes d’entraîner la mort si aucun traitement n’est mis en place. La trithérapie a permis d’arrêter la vague de mortalité chez les malades atteints du Sida dans les années 90.

Les nouveaux axes de recherche ciblent aujourd’hui les réservoirs de cellules infectées dans l’organisme qui ne sont pas atteignables par la trithérapie. Une étape essentielle pour obtenir le stade de guérison fonctionnelle serait la purge du réservoir viral, ce qui serait synonyme d’une absence de charge virale sans trithérapie avec un nombre de CD4 normal et stable, un nombre de CD8 bas, ainsi qu’une in-détectabilité pendant plusieurs années. Le stade de rémission fonctionnelle est défini par les mêmes critères, mais sans l’arrêt de la trithérapie.

A ce jour, la vaccination par la Tat Oyi a montré que certains patients avaient un ADN pro viral indétectable depuis 2 ans, ce qui serait le témoin de la diminution ou de la disparition des réservoirs de cellules infectées et d’autres critères sont recherchés dans l’étude observationnelle qui a démarré en décembre 2018.

Biosantech s'engage

Retrouvez les dernières informations sur Biosantech.
Biosantech

Courrier destiné aux patients

Cher patient, Dans le cadre de la suite de l’essai EVATAT, qui a eu lieu entre 2013 et 2014, nous avons obtenu l’autorisation de faire un suivi observationnel concernant l’évolution des patients, y ayant participé. Read more…

Biosantech

BIOSANTECH SA

BIOSANTECH, créée en avril 2011 par Roger et Corinne TREGER est une entreprise innovante basée à Sophia Antipolis Valbonne en région Provence-Alpes Cote d’Azur. Il y a environ 40 millions de personnes infectés par le Read more…

Restons en contact

Contactez Biosantech.

L'adresse de nos bureaux

SOPHIA ANTIPOLIS France

Votre contact

Corinne TREGER
Mail : contact@biosantech-vih.fr
Lundi au Vendredi - Horaires de 9h à12h & 14h à 17 h.

Contactez-nous

Suivez Biosantech sur les réseaux sociaux.

RSS
Facebook
Facebook